FANDOM


Description Modifier

D’aucun raconte que les sirènes sont ses enfants, cela, on l’ignore, néanmoins on ne peut ignorer la ressemblance physique entre Azuria et cette progéniture aquatique. Entièrement vêtue d’habits d’algues tressées de coquillages et de perles, Azuria prend l’apparence physique d’une femme, si ce n’est que le bas de son corps serait celui d’un requin, ou d’autres poissons, à vrai dire les quelques spécialistes en océanologie ont du mal à tomber d’accord sur une classification… Un visage aux traits doux et rieurs, de longs cheveux noirs et une certaine nudité qui n’est pas pour déplaire aux marins en mer depuis longtemps. Le détail le plus notable resterait ses iris d’un bleu plus sombre que la plus profonde des abysses.


Histoire Modifier

Azuria est une déesse très ancienne. On ignore absolument à quel point, mais il semblerait qu’elle soit plus proche des deux grands Dieux que de ses frères, dieux mineurs. De ce fait, ses pouvoirs sont très nettement supérieurs à la moyenne des Dieux mineurs, bien qu’on ait rarement eu l’occasion d’en voir toute l’étendue en surface. En effet, son vrai royaume s’étend sous les mers, on dit que là, elle protège les myriades d’espèces vivant dans les profondeurs, telle une mère.
Néanmoins, elle aime également tous ceux qui vivent, et aime l’océan. Elle autorise les pêcheurs à se nourrir des habitants des eaux, tant que ceux-ci comprennent en leur cœur que la mer les nourrit aussi bien qu’ils la nourriront un jour. C’est d’ailleurs ce pour quoi la tradition, dans l’intégralité des villages côtiers, veut que chaque homme qui a un jour vécu de l’océan y soit immergé à sa mort.
Azuria entretient de très bons rapports avec les pirates parcourant les eaux, fils d’une longue lignée d’amoureux de la mer, qui lui vouent d’ailleurs un culte respectueux. Plus récemment, avec l’intrusion des flottes de l’Aile Ténébreuses sur ses eaux, elle a pris un peu de recul sur les évènements, même si elle aide toujours la frégate pirate à échapper à leurs poursuivants quand l’envie lui en prend.